Avertir le modérateur

30/01/2008

un détenu s'est suicidé la veille...

Virginie a rendu une dernière visite à Travis avant son retour en France

"Travis vous passe le bonjour à vous tous! Je lai vu mardi matin pendant 2 heures. J'ai du l'attendre pendant au moins 40 minutes. J'ai même commencé à m'inquiéter, d'autant que d'autres détenus recevait des visites avec des gens de ma connaissance. J'ai alors appris qu'un détenu c'était suicidé  la nuit précédente en se tranchant la gorge - Il s'agit de J. Flores, il avait 25 ans-. La police des polices était donc là pour enquêter, c'était une ambiance trés particulière marquée par une tension extrême, c'était impressionnant. J'ai vu l'avocate de Travis, qui était là pour un autre dossier,. Je suis parvenue à lui parler. Elle s'appelle Alma, et vient du TDS texas defenders services, ce ki est une bonne chose.

Travis avait preparé des affaires et des documents qu'il voulait me remettre mai la "supervisor" lui a par pure provocation interdit de me les remettre, en prétextant que c'était prévu pour lundi et non aujourdui (mardi). Travis a donc commencé à s'énerver... du coup j'ai fait de mon mieux pour le calmer et apaiser la situation; finalement elle me les a données. Les machines à nourritures ont été reparées, g pu lui acheter ces sandwichs et cheesecake kil aime tant !!"

28/01/2008

"Il a de nouvelles lunettes"

Virgnie est à nouveau en visite au Texas, voici des nouvelles fraiches de Travis! Si vous avez des messages ou des questions pour Travis : Virginie le revoit mardi, alors à vos claviers elle recevra mardi matin dernier délai un récap’ de vos reactions.

« Je profite d’avoir un peu internet pour te dire ke g bien vu Travis vendredi pendant deux heures. Il va bien, il était content et un peu gêné d’être en level II et donc je ne peux pas beneficier des visites speciales. Je le revois mardi et cette fois je vais essayer de lui parler de son dossier pour le convaincre de trouver un autre avocat - si besoin avec le TCADP- bref voir si on peut faire quelque chose pour faire avancers procedure.
Il a de nouvelles lunnettes de vue ! J’ai bien rigolé parce ke l'année dernière, il n’avait pu avoir que celle de la prison et il les trouvait affreuses !! Pendant les visites, en temps « normal » il y a 4 machines de bouffes, dont deux au moins sont pleines avec : sandwichs, hamburgers, salades, fruits... et 2 avec plutot des conneries genre snack et chips. Les 2 grandes machines sont en panne depuis 1 semaine et personne ne vient les réparer.
C vraiment dégueulasse pour les condamnés. Du coup l’argent que j’ai apporté pour lui acheter d trucs ne sert à rien d’autant qu’il na pas eu de visistes depuis longtemps et que c’était l'occasion pour lui de manger quelque chose qu’il aime. C nul ! Enfin c un truc parmi tant d’autres qui ne tourne pas rond dans cette prison!! Il m’a demandé de lui acheter pas mal de fournitures, je vais m’occuper de ça demain et voir ce ke je peux faire. Voila pour les quelques news !! »

25/01/2008

Billet d'humeur

Petit billet d’humeur, à lire, à relire…

Sans

Vous êtes vous déjà demandé ce qu’est la vie « sans » ?

Aimer sans cœur,

Embrasser sans lèvres,

Pleurer sans yeux,

Toucher sans mains,

Voler sans aile,

Courir sans jambes,

Nager sans eau,

Lire sans livre,

Chanter sans voix,

Manger sans nourriture,

Vivre dans une cellule c’est une vie « sans ».

One of my other mood poem, read it and tell me what you think about it ?

Without

Have you ever wondered, what it’s like without

To love without a heart,

To kiss with no lips,

To cry without any eyes,

To touch with no hands,

To fly without any wings,

To run with no legs,

To swim without any water,

To read with no book,

To sing without a voice,

To eat with no food,

To live without a life in a cell is what it’s like.

24/01/2008

Palabres entre détenus

Travis : Comment ton incarcération a-t-elle affectée ta  fille ?

Kevin : C'est une longue histoire… Je me souviens que mes premières pensées j’ai été arrêté et emprisonné, je me suis dit ma fille va penser des choses du genre : « papa est en prison parce qu’il tué ». J’ai envie de me dire convaincre que c’est ce qu’elle s’est dit, j’imagine le choc sur son visage. J’aurais voulu être honnête avec ma fille. Mon épouse a l’habitude de me dire que Kayla, ma fille est éffondrée et pleure beaucoup à cause de moi. Kayla ne veut pas se rendre à certains endroits à moins que je l’y emmène… Quand je suis arrivé ici dans le couloir de la mort, ma fille avait 2 ans, aujourd’hui elle est âgée de 7 ans. Aujourd’hui encore elle pleure pour moi.

Travis : Si tu sortais de prison, quelle vie mènerais tu ?

Kevin : Je me consacrerais à ma fille, je serais dévolu à Kayla et ce jusque mon dernier souffle. Je ferais en sorte de l’aider à lutter et à s’en sortir dans ce monde et cette société souillée.

Travis : D’après toi quel sera la décision de la cour suprême à propos de l’interdiction de l’utilisation de  l'injection létal pour un condamné?

Kevin : Je suis profondément pessimiste, j’ai tendance à penser que la situation va se dégrader davantage avant de se rétablir.

L'USSC va étudier cette question et juger si c’est constitutionnel ou pas.  Mais j’ai du mal à les imaginer nous condamner tous à vie !

Travis : Beaucoup de prisonnier du couloir de la mort se marient en prison, quel est votre avis sur ce point ?

Kevin : Bon nombre d'entre nous n'ont jamais éprouvé ni connu l'amour dans la société civile, ainsi quand une personne qui vit dans le couloir de la mort rencontre une âme qui lui apporte de l’amour, pourquoi pas ne pas s’unir ? L'amour est inconditionnel, donc si l’amour est possible ici autant lui donner une chance en échangeant ses vœux de mariage.

Travis : Et toi ? As-tu une fille spéciale dans ta vie?

Kevin : Chaque femme est spéciale et chacune a une place spéciale dans ma vie parce que la vie de elle-même est un cadeau unique à partager. La mère de ma fille et ma tante sont des personnes spéciales et importantes pour moi. Mais du point de vue de la romance… Oui il y en aune mais il est des choses ne sont pas très officielles pour l’instant. J’ai du mal à parler de mes sentiments. Quand je serais certain que cette femme est la bonne je vous l’annoncerais !

Travis : How has your incarceration affected your little girl ?

Kevin: It’s a trip… I remember when I first got locked away she would say things like “Daddy you in jail cuz you kill”. I would say that’s what they said, and she would have a shocked look on her face. I wanted to be truthful as possible with my daughter. Her mom use to tell me how she – Kayla – would break down and cry for me, and wouldn’t want to go certain places unless I took her. Kayla was 2 then, now she is 7 now. Last I heard she still cries for me.

Travis: If you go out of prison, what would you do with your life?

Kevin: I would devote and dedicate my entire life and breath to Kayla. Do what it takes for her to not struggle through this world that has been poisoned.

Travis What do you think the supreme courts ruling will be on letal injection?

Kevin: I am pessimist at heart, believing it gets worst before it gets better. I think the USSC will see it constitutionally fit. I just don’t see them giving us all life sentences.

Travis: A lot of guys on deathrow get married, what’s your opinion on this?

Kevin: Many of us have never experienced love in the outer society, so when a person in our position encounters a soul that loves them, “no matter what” it’s only natural for them souls to mate, cuz love is unconditional, thus you have 2 becoming in exchanging vowels of marriage.

Travis: What about you, are there any special ladies in your life?

Kevin: Every lady is special that is in my life, cuz life itself is a special gift to share. My mom daughter and auntie are special to me. As for romantically… Yes there is, it’s just things are not officially established. I don’t want to speak on something I feel. When I am sure it’s a true feeling I will announce her name.

22/01/2008

Erreurs de jeunesse

Pour éviter les malentendus,
Voici le parcours « pénitentiaire » de Travis:
Eléments antérieurs au meurtre:

Peine de cinq ans pour le cambriolage d'un bâtiment de comté de Dallas ;
Peine de soixante-dix ans pour vol aggravé  comté de Dallas.

Résumé des évènements qui ont conduit Travis dans le couloir de la mort:
Le 29 janvier 2003, Travis Runnels emprisonné à la prison de Bill Clements au Texas, a fatalement poignardé un surveillant dans l'usine à chaussures dans laquelle il travaillait.
(Source : casier judicaire de Travis visible en ligne sur le site du TJDC )
 
Du point de vue juridique,
Travis a déjà présenté deux appels sur la base de témoignages pouvant permettre une nouvelle étude de son cas. Les deux appels ont été rejetés.
Travis vient de récuser son avocat et a décidé d’assurer sa défense seul en vue de son prochain appel.

Mon parcours... jalonné par les arrestations.

1993 : Possession de marijuana

1993 : Cambriolage d'un bâtiment

1993 : Cambriolage d'un bâtiment

1993 : Vol

1993 : Cambriolage d'un bâtiment

1995 : Vol 

Voici la liste des crimes que j’ai commis et qui m’ont conduit en prison. J’ai fait mon premier cambriolage à l’âge de 17 ans : nous avons avec quelques amis forcés l’entrée d’ un magasin de jeu vidéo pour voler des jeux pour les consoles Nintendo. A l’époque, j’étais convaincu que c’était une bonne idée et qu’on pourrait s’éclater; maintenant avec du recul, je vois que ce n'était pas très futé! Non seulement, j’ai été arrêté mais ça m’a également valu l’ouverture d’un casier judiciaire. Aux Etats-Unis, dés que vous commettez un crime et que vous avez un casier, vous ne pouvez plus voter et vous avez de grosses difficultés à obtenir un crédit ou à trouver un travail.  Je n'ai pas réalisé à quel point un petit délit pouvait affecter ma vie et ce de manière irrémédiable. Ce premier vol, je l’ai commis à une époque où j’étais très dépendant des drogues, c’était pour moi le meilleur moyen d’échapper à la vie je menais. Je connais mon cœur et je sais au plus profond de moi que si j’avais été sobre je n’aurais jamais commis ce crime. La drogue ici en Amérique  s'appelle –water/wack/fry- pour ceux qui ne connaissent pas ce type de drogue c'est une cigarette plongée en formaldéhyde, et phényle  cyclohexylique  pipéridine  (PCP). C'est une drogue très nocive et je vous déconseille vivement d’essayer !   Je regrette juste de n’avoir pas eu quelqu'un pour me réconforter et me tenir à l’écart de ces horribles histoires. Je pensais que c’était cool de s’éclater avec les potes, je n’aurais jamais cru que ma vie serait détruite par un incident de parcours – un sombre jour dans mon histoire -.

 « Merci »

Merci… Voilà ce que je voudrais dire à vous tous ceux qui m’ont envoyé des cartes, elles m’ont toutes touchées.
Merci vraiment merci pour votre considération, et que Dieu vous bénissent tous pour votre soutien, vos commentaires et votre présence sur mon blog. 

« Arrest History » 

1993 : Marijuana possession

1993 : Burglary of a building

1993 : Burglary of a building

1993 : Auto theft

1993 : Burglary of a building

1995 : Robbery 

These are the charges that I got probation and went to prison for .The Burglary were when I was 17 and e and some friends broke into video game store to take games , for Nintendo systems . At the time I thought this was a good idea and to have a little fun; but now I see this was not very smart . Not only  did It get  to be arrested but it put a felony on my record . In the U.S.A once you get  felony you can no longer vote plus it’s hard to get a job or credit  . I didn’t realize how much something so small could affect my life forever . Then the robbery I committed was at the time I was using drugs to escape from the life I was living . I know my heart  that if  I was sober there is no way I would have committed that crime . The drug here in America  is called (water) (wack) (fry) if your not familiar with these terms it’s a cigarette dipped in formaldehyde , and phenyl  cyclohexyl  piperidine  (PCP) . This is a bad drug that would advise people to never try. I just wish I would have had someone to warm me off with some horror story. I thought it was cool getting high with the guys , never realizing my life was reading for a major crash and a date with reality .

“Thank you”

this is what I would like to say to the people who’ve sent me cards  so far. Thanks you so much for you consideration and may you be blessed with good luck .

18/01/2008

Âme esseulée...

Ce message est une bouteille à la mer, auquel peut être une fille très spéciale sera réceptive… qui sait ?

 Qu’est-ce qu’une femme si vous ne savez pas de quelle manière la traiter ? Depuis le commencement, déjà à l’époque d’Adam et Eve, la mère de notre nature a été dénigrée, maltraitée. Nous devrions protéger les femmes, les entourer d’affection et d’amour. Au contraire, nous avons tendance à nous montrer odieux, voire même à les insulter, et à nous comporter de manière tellement insultante vis-à-vis de celle-là même qui nous a élevés. La société a-t-elle fait de nous des gens si perdus que nous nous retournons contre celle qui on fait de nous des hommes ? En tant qu’hommes, nous avons le devoir et la responsabilité d’agir et de rendre à ces femmes, toutes les femmes du monde, le respect qu’elles méritent. Dites-moi quel homme serait capable de porter un enfant pendant 9 mois, sans sourciller ? Seriez-vous capable de vivre une telle aventure et de surmonter l’épreuve et les douleurs de l’accouchement : l’un des actes les plus difficiles de la vie et pourtant si merveilleux ! Son amour est tellement grand qu’au cours de son existence, une femme est disposée à sacrifier son corps à de nombreuses reprises. Il n'y a aucun sacrifice que l’homme pourrait faire pour arriver à la hauteur de celui qui consiste à « donner la vie ». Ainsi, je vous demande à tous pourquoi les hommes frappent-ils les femmes, les maudissent, les découragent, les dénigrent ou les abusent ? Beaucoup d’entre nous ne veulent pas les considérer d’égal à égal. Mobilisons-nous pour changer les mœurs de certains hommes, cessons de laisser une société misogyne et sexiste dicter notre attitude envers les femmes. Voilà ce que je veux pour les femmes, voilà ce que je pense des femmes.

A toi qui liras ces mots, saches que tu es précieuse et belle, avec  tellement d’amour à  donner. J’aimerais te protéger, te choyer et te donner un amour pur. Si tu étais à mes cotés, je t’aimerais et je te dirais sans cesse à quel point tu es belle. Tu es passionnée et éclatante de vie. Voilà, c'est ma vision, mes espoirs pour que les femmes soient reconnues et traiter comme les reines qu’elles sont.

 A special lady

What is a woman if you don’t know how to treat her? The mother of our nature has been under appreciated since the beginning of time. We should be encouraging and nurturing the women. Instead we degrade and insult women with a total disregard for the one who reared us. Has our society gotten so lost that we turn on the very ones that brought us here? As men it’s time we stand up and give women the respect they deserve. Tell me what a man will take the burden of carring a baby around 9 months. Then turn around and go through the pains of giving birth. One of the most difficult acts of life yet so wonderful. Her love being so great for life she is willing to take her body through this numerous times. There is no sacrifice man can come even close to giving for life. So I ask why do we hit women, curse women, discourage women, abuse women… Most of all disregard them as our equals. Lets stand up and stop letting society dictate how we treat our women. This is how I feel about women. You are precious and beautiful with so much love to give. I want to protect you, pamper you with pure love. When you are in front of me, you will be cherished and told how lovely you are. You are passionate and bursting with life. This is my vision, my hopes that women will be acknowledged For the queens that they are.

16/01/2008

Après de 2 ans de solitude dans le couloir de la mort... Une visite!

Les visites,

Recevoir une visite ici dans le couloir de la mort est une chose très précieuse. On est autorisés à recevoir 10 adultes dont l’identité figure sur une liste, une liste que l’on ne peut renouveler que tous les 6 mois. Deux adultes maximum par visites. Les mineurs sont autorisés à se rendre aux visites, ils n’ont pas besoin de figurer pas sur la liste. Le condamnés de niveau I sont autorisés à une visite de 2 heures par semaine, ceux de niveau II disposent de 2 heures de visite par mois ; enfin, les prisonniers de niveau III n’ont le droit qu’à  une visite unique de 2 heures par mois. Pour les condamnés de niveau I, si le visiteur vit a plus de 300 miles, le prisonnier est autorisé à recevoir une visite spéciale. Du coup, les visites sont rassemblées  sur deux 2 jours à raison de 4 heures par jour. Les visites spéciales ne sont autorisées qu’une fois par mois. Les photos ne sont autorisées qu’en début de mois. Chaque photo coute 3 $. Pendant les visites, il y a un distributeur automatique pour que les visiteurs puissent acheter de la nourriture aux détenus. Dans ces distributeurs, on trouve : Des hamburgers, des fruits, des biscuits, des jus, de la salade et beaucoup d'autres choses. Les visiteurs n’ont pas le droit de transporter plus de 20$ sur eux dans la Prison. Les prisonniers peuvent recevoir les visites de la presse, les mercredis, de leurs avocats à tout moment. Les visites se déroule de la manière suivante : les prisonniers sont séparés des visiteurs par une vitre , on communique grâce à un téléphone qui nous relie les uns aux autres. Après de 2 ans de solitude dans le couloir de la mort, j’ai reçu ma première visite d’une française, Virginie. Si tout va bien, j'en aurai beaucoup d’autres bientôt… Virginie revient me rendre visite à la fin du mois!

Visiting Time

Getting a visitor is one of the most treasured time’s of our lives in prison. We are allowed to have 10 adult people on our visiting list. This we can change every 6 months. Two adult visitors are allowed in to visit at a time and kids 16 and under don’t have to be on the list. Level I gets one 2 hours visit per week, level II get two 2 hours visit per month, and level III gets one 2 hour visit per month. If you level I and your visitor lives 300 miles or more away from the prison you can schedule a special visit. Where you get 2 days in a row for 4 hours each day. You can get only one per month. You are allowed to take photo’s with visitor’s threw a gloss window. Each photo costs3$. Then there is a vending machines where visitors can buy food for us. From burgers, fruit, cookies, juices, salad and a lot of other things. The visitors can bring 20$ in quarters or one dollar coins. You have media visits, minister visits and legal visits. The visits are behind glass with a phone to talk through. I was on deathrow for over 2 years when I had the visit from Virginie, a French friend. Hopefully, I will have a lot more in the future. And you know what? Virginia is coming soon, at the end of this month!

 

Chaque jour est pareil que la veille !

Voici une petite citation consacrée à l’univers carcérale que je souhaiterais vous faire découvrir :

« Beaucoup de ce qui est passé pour des moments de joie dans nos vies, sont des moments pour la majorité dus au hasard et nous devons absolument apprendre à jouir de ces plaisirs quand ils viennent : savourer le moment présent ! Nous devons également jouir des frissons qu’ils nous procurent. Tout ça ponctue la monotonie de nos vies. Et mes jours passent lentement ici en ce monde derrière ces murs, où les hommes sont simplement des nombres, distingués ni par nos noms, ni par notre dieu et encore moins nos compétences, mais par la nature de nos crimes. Nous nous habillons tous de la même manière, mangeons tous les mêmes repas, nous lisons tous les mêmes livres usés du même chariot de prison. Chaque jour est pareil que la veille ! »

Il s’agit de l’extrait d’un ouvrage que j’ai lu et je trouve qu’il résume parfaitement ma situation ici bas.

 

Great quote about prison I would like to share

“So much of what passes for excitement in our lives cannot be anticipated, and we must learn to savor spectacles as they come, and appreciate the rare thrills that punctuate the otherwise monotonous passage of time. And my days do pass slowly here in this world behind this walls, where men are merely numbers, distinguished not by our names, nor by our god given talents, but by the nature of our trespasses. We dress alike, eat the same meals, read the same worn books from the same prison cart. Everyday is like another!”

 This came from a book I once read and it speaks perfectly of my situation!     

14/01/2008

Survivre ou sombrer

Voici une nouvelle interview réalisée avec Kevin le 22 décembre dernier. 

Travis : Pourrais tu expliquer aux lecteurs pourquoi ils doivent s’opposer à la peine de mort ?

Kevin : Quand une lionne donne naissance, la lionne allaite, enseigne et protège son petit jusqu’à ce qu’il soit assez fort pour survivre dans un environnement hostile où seuls les plus forts survivent. Tant de personnes ont été supprimées pour survivre dans une atmosphère qui dicte vos décisions et qui est nuisible à votre personne.

Travis : Comment décrirais-tu ton état d'esprit, ta situation à l’époque où tu as commis ton crime ?

Kevin : J’avais le choix entre survivre ou sombrer dans  la pauvreté. Mon obsession : nourrir et habiller mes filles, payer mes factures et ce par tous les moyens. Pour ceux qui ne me connaisse pas, j'ai été viré de l'école à cause mon absentéisme et non de mes résultats scolaires. Ça m’a mené à la rue où j’avais deux alternatives : crever ou survivre.

Travis : On connait l’importance du paternel dans l’épanouissement des enfants, disposais tu d’un référent masculin ?

Kevin : A l’âge de 4 ou 5 ans, ma mère et ma tante n’ont pas eu d’autre choix que de jouer le rôle du père : il s’est cassé. En tant que garçon, je ne les ai pas acceptés… avec du recul je me dis que c’était vraiment des pères, ces deux bonne-femmes ! Donc j’ai eu peu de considération pour les adultes et ce jusqu’à ce que je murisse pour me rendre compte de l’importance du rôle que ces deux femmes ont joué dans ma vie. Voilà à quoi ressemblait la figure du « père » dans mon enfance.

Travis : Qui t’a enseigné les notions de responsabilité, de respect et le fait d'être un homme ?

Kevin : Je dirais plutôt « qu’est ce qui » ! La rue m’a tout appris. Les expériences comme : Etre responsable de moi-même, le fait de ne rien avoir, le fait d’avoir trahi m’a permis de grandir plus vite que les autres… Dans la rue, personne ne te respecte si tu n’as pas de fierté. Personne ne te tendra la main, si tu ne montres pas que tu es capable de te gérer, de faire tes preuves et de montrer que toi aussi t’es un dur  !

Travis : Ca ne fait pas très longtemps que tu es là dans le couloir de la mort, mais ces quelques années t’ont-elles changée?

Kevin : Maintenant, je pense plus clair et plus droitement. Beaucoup de stress et de pressions s'étaient accumulés au cours d’années de course et d’ennuis en tout genre. Je suis reste le même, Kevin, juste sobre. Vous entendez parler seulement du crime qui finalement ne représente que 2 heures de ma vie : avant j’avais vécu 26 ans. Il y a eu tellement d'heures dans ma vie dont ne connaissez rien: bonnes ou mauvaise heures de la vie, comme chacun d’entre nous sur cette planète.

« Loose Change II»

December 22th, 2007

Travis : Could you explain to people why they shouldn’t believe your reason for being against death penalty, is because you are on death row?

Kevin: When a lioness gives birth, the lioness feeds, teaches and protects the cub until its old enough to stand on it is on to survive in a environment where only the strong survive. So many people have been eradicated for surviving in an atmosphere that dictates your decisions and is detrimental to your person.

Travis: How would you describe your mind state in life at the time of your crime?

Kevin: My mind states were surviving or succumb to poverty. Put food on the table, pay the bill and clothes on my daughters back by any means. For those who don’t know me, I was kicked out of school because of absences (not due to my academic skills) which led me deeper into the streets survive or succumb.

Travis: Did you have a father figure in your life growing up?

Kevin: My mom and aunt adapted to the shoes my father left behind when I was 4 or 5. As a boy, I didn’t accept them as I see them now, father figures. So I segregated woman’ Man, and it wasn’t till I was older that I realized the roles they carried out. A father figure being one.

Travis: Who taught you about responsibility, respect and being a man?

Kevin: More like what! It was the streets that taught me. The experiences of being on my own, having nothing, being betrayed forced me to grow up quick, because nobody respects you if you don’t have self respect. Ain’t anybody feeling sorry for you if you are not able to stand on your own two feet-tough love!

Travis: How have the last few years on death row changed you as a person?

Kevin: I’m thinking more clearly and straight. All pressure and stress had built up over the years of ripping and running. I’m still the same Kevin, just sober. You only hear of the crime that probably lasted 2 hours. I’ve been living for 26 years. There is so many hours of my life you haven’t heard, good and bad hours, like everyone on the face of this earth.

10/01/2008

Humeur du jour

Voici un petit billet d’humeur que je souhaitais vous faire découvrir :

Interrogations

Combien d’animaux avez-vous vu se promener à dos de chameau ?

Combien de voitures avez vous vu dans les étoiles ?

Les portes s'ouvriront-elles un jour pour parler de ce qui s’est cassé ?

Ne cesserez vous jamais de vous demander pourquoi le monde va mal ?

Distinguez-vous la liberté lorsque vous observez un arbre ?

Pouvez-vous ressentir ma douleur et voir la flamme de ma vie?

Existe-t-il un poisson qui exaucera l’un de mes souhaites ?

L’arme que vous portez fait elle de vous un homme ?

Je me demande quel effet ça fait le tonnerre qui vient d’en dessous ?

Enfant, on m’a enseigné que la vie pouvait être parfois très cruelle.

Désormais, je suis plus mure et mon histoire n'a jamais été racontée.

Maintenant que je suis près de la fin, je me demande si j'ai des amis.

  

Here are few words of my mood that I would like to share on the blog

Wondering

How many animals have you seen walking a camel ?

How many cars have you saw at the stars ?

Will doors ever open and be spoken about what’s broken ?

Will you ever stop to wonder why the world is going under ?

Can you look at a tree and see that it’s free ?

Can you feel pain and see my life’s in Flame ?

Is there a fish that will grant me a wish ?

Is there a gun in your hand that makes you a man ?

I have wondered how it is thunder can come from under.

I have always  been told that life can be so cold.

Now I am older and my story has never been told.

Now I am close to the end, I wonder if I have any friends ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu