Avertir le modérateur

29/05/2008

Que retiendra t'on de Travis?

C'est l'histoire et la vie d'un jeune garçon qui souriait au monde et qui voulait juste être aimé. La vie était pour lui synonyme de bonheur et de joie. Il entreprenait la vie avec innocence et insouciance. Il y avait des choses de la vie qu'il ne comprenait pas sur la vie alors il faisait en sorte que ces choses n’altèrent pas son attitude. Au gré des rencontres et des évènements, il aimait se faire de nouveaux amis. Sa mère était souvent émerveillée par la façon dont il abordait les situations, peu importait la gravité : il gardait le sourire. Même sa tristesse et ses peines, elles ne duraient jamais longtemps. Le bonheur est quelque chose que l'on doit trouver en nous-même, Travis a été béni par le bonheur le jour de sa naissance. Les médecins accoucheurs ont tous été sciés : à son premier souffle il leur sourit au lieu de pleurer. Et son sourire édenté, reste l’une des plus belles images qu’il nous ait été donné de voir. Depuis sa naissance, Travis a gardé ce sourire parce que ce sourire est une célébration de la vie et un pied de nez à sa situation.

This is the story and life of a young boy who smiled at everyone and just wanted to be loved. Life was a place of hapiness and joy for him. His innocence and carefree attitude was addictive. There were things he didn’t understand about life he never let this change his outgoing atitude. He always wanted to make friends with anybody who came into his life. His mom sometimes marveled at how he always kept a smile no matter the situation. Even his sadness from punishment never lasted long. Wasn’t long before he was back hopping around smiling. Happiness is something you must find within yourself , something he was blessed with the day he was born. The doctors were blaffed on his first day of life when he smiled up at them instead of crying. It was one of life’s most beautiful views of a child smile with no theeth. From that dayof july 21 1976 until today, Travis still has that smile ecause that smile is a celebration of LIFE.

21/05/2008

Seul face à un système qui me dépasse

J'ai eu affaire à la justice dés l’âge de 14 ans. Dès lors, j’ai rencontré tout type d’avocat et d’enquêteurs. Du noir au blanc, et ils ont tous fait le minimum syndical pour me « représenter ». Aucun d’entre eux ne s’est battu bec et ongle pour moi. Au début, je n'avais aucune idée de ce qu'un avocat était supposé faire pour moi. Donc ce qu’il faisait correspondait à l’idée que je me faisais « d’être représenté par un avocat « : Pas grand-chose ! Avocat après avocat, je me suis habitué aux représentations de comptoir… Ça ne volait jamais très haut et les résultats pour moi étaient irréversibles… Pourquoi personne n’a-t-il jamais pris quelques minutes pour m’expliquer l’utilité d’une vraie représentation, avec un travail en amont et de vrais plaidoyers et non des arrangements de caniveaux ?
J'ai donc commencé à lire des bouquins juridiques et je suis parvenu à me faire ma propre idée au sujet de cette question. Je me suis rendu compte que mes connaissances étaient limitées en la matière après avoir rencontré mon nouveau représentant légal. Il s’agit d’une femme. Elle m'a parlé comme on parle à une personne normale. Elle m’a expliqué avec pédagogie le travail et les responsabilités d’un avocat. Elle m’a également indiqué que je pouvais avoir des exigences et des attentes vis-à-vis d’elle. Cette conversation m'a vraiment ouvert les yeux sur ce que je ne voulais pas voir. J'ai donc fait un pacte avec moi-même. Je ne vais jamais laisser quiconque de nouveau me sous représenter. J’exigerais de lui qu’il me considère comme l’homme que je suis et non le client qui lui rapportera quelques dollars. Et je suis guidé par cette conviction : Lorsque vous regardez quelqu’un avec désintérêt, vous restez indifférent à ce qui peut lui arriver…

I’ve been dealing with the legal system since I was 14 years old. All during this time I’ve dealt with all different type’s of lawyer’s and investigators. From black to white, and they’ve all gave me just enough representation to get bye. Mone diligently fought for me. From my first experiences with lawyers I had no idea of what they were suppose to do for me. So what they done is what I had in mind of what representation is. Lawyer after lawyer took me on journey’s of bad representation over and over. I never truely understood because no one took the time to explain to me what true representation is. I started reading lawbooks and drawing my own conclusions on this subject. I’ve learned how limited my knowledge is after a meeting with a legal representive I have now. She talked to me as a person and helped me understand more of lawyer’s and what’s expected of them. This conversation really opened my eyes to what I was blind too. So I’ve made a pact with myself. I will never again let someone represent me who looks at me as a client instead of a person. When you no longer look at someone as a person you become indifferent to what happens to them.


15/05/2008

Nous empêcher de différencier le jour de la nuit…

Allongé sur le sol de ma cellule, les yeux fermés, je songe… Je suis sur le sol car j’y ai disposé mon matelas pour dormir. Je n'aime pas la banquette de fer qui sert de lit, car je ne peux pas m’y allonger totalement et que décidémment le métal je n’y suis pas habitué. Mes pieds touchent le mur. Je m’installe donc sur le sol, c’est plus relaxant. J'espère simplement que lorsque je suis profondément endormi, l’un de mes codétenus ne pètera pas un plomb contre les gardiens et pour se venger boucher ses toilettes et faire déborder les notres… Même si je ferme les yeux, il n’y a pas d’obscurité dans ma cellule à cause des spots qui réfléchissent depuis l’extérieur à l’intérieur de nos cellules. Pourquoi? Sans motif valable, l'administration pénitentiaire a décidé d'ajouter de nouvelles lumières autour de la prison. Ça ressemble assez aux spots que l’on retrouve autour des térrains de football. Quand je regarde par la petite fenêtre de ma cellule la nuit, il me semble qu’il fait jour autour de la prison. Autrefois, j’aimais m’asseoir et profiter de l’obscurité. J’y retrouvais le calme, je me détendais et j'organisais mes réflexions sur ce qui devait être fait et ce que je devais faire. Je n’ai malheureusement plus ce luxe. L’administration de la prison a tant d'argent, qu’elle a décidé de le dépenser en nous offrant des lumières… au lieu de l'utiliser pour réparer les fissures qui entravent nos murs ou les fuites qui inondent nos cellules quand il pleut. Il me semble qu’ils ont mis en place ces lumières pour nous empêcher de différencier le jour de la nuit… la blague…

DAY TIME
Laying in my cell on the floor with my eyes closed thinking. I’m on the floor because this is where I place my mattress to sleep. I don’t like the iron bed because I can’t stretch out and get comfortable. My feet will touch the wall. So I lay on the floor where it’s more relaxing. I just hope that one night when I am sleep somebody doesn’t get mad at the guards and overflow their toilets. Even as my eyes are closed it’s not completely dark because a lot of light is shinning threw the windows. Why ? For some reason the prison officials have decided to add some new lights around the prison. They are like the lights on a Football Field. When I look out the window at night it looks like daytime around the prison. At night it was my time to sit back and enjoy the darkness. I would be calm, relax and organize my thoughts on what has to be done and what I need to do. But I no longer have this luxury. The prison had so much money they decided to wash it on lights, instead of using it to fix that the cracks in the walls that leak in the cells when it rains. I get it be they put up the lights so we can’t tell night from day. HA ! HA !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu